LMFL et la pandémie

Ce que nous avons appris de la pandémie Covid19, c’est que nous ne savons pas encore comment 2021 nous traitera mais s’il y a une chose qui est évidente: nous devons tous être flexibles

En juillet 2000, contre toute attente, nous avons réussi à faire advenir au moins l’un de nos deux stages d’été.

Un acte de foi de nos stagiaires (jeunes et adultes), de leurs parents et de nos professeurs.

Certains étudiants n’ont pu obtenir leur billet d’avion que 24 heures avant la date d’arrivée!

C’était une édition réduite car nous devions prendre en compte la nécessité de distanciation sociale, et l’école préparatoire qui nous accueillait, la merveilleuse Tockington Manor School, était beaucoup plus petite que Llandovery College, notre lieu habituel.

Nous avons suivi les recommandations de base telles que la vérification digitale de la température de chacun chaque matin, la désinfection des mains aussi souvent que nécessaire, les claviers idem, les masques portés à l’extérieur de l’école, les chambres avec un nombre réduit de lits et tous les instruments à vent enseignés à l’extérieur.

Nous avons cependant néanmoins pu faire fonctionner la chorale , l’ensemble à cordes et l’orchestre de chambre.

L’expérience entière a eu un sentiment étrange et presque irréel de vivre dans une bulle protectrice.

Une gentillesse incroyable de tout le monde à tout le monde.

C’était comme être sur l’un des canots de sauvetage du Titanic, mais le sentiment général était une émotion et un bonheur extrêmes et une belle musique.

C’est là que notre nom Language and Music for Life a pris son vrai sens : Langues et Musique pour survivre